Notre pays est profondément raciste. C’est un fait, et je pense qu’historiquement on ne peut le nier. Nous avons beau être les rédacteurs des Droits de l’Homme, je crois sincèrement que nous sommes un pays d’idées, et non d’actions. Enfin si, mais Vichy et le colonialisme n’aident pas pour notre belle couverture.

Aujourd’hui, je ne compte pas faire un couplet moralisateur. Aujourd’hui, je souhaite poser une question en fin d’article, car il y a quelque chose qui me dérange, qui me fait mal et qui m’interpelle énormément.

Cette chose c’est « l’antiracisme choisi ».

Antisémitisme, c’est mal !

Sur la définition de l’antisémitisme, le Larousse nous propose :

« Doctrine ou attitude systématique de ceux qui sont hostiles aux juifs et proposent contre eux des mesures discriminatoires. »

Gardez cette définition en tête, elle va être extrêmement importante tout au long de l’article.

Bref, à moins d’un siècle de la Seconde Guerre Mondiale (ou de l’accession au pouvoir d’Hitler), il est normal que les actes perpétués contre les juifs soient encore profondément ancrés dans nos mémoires, et nous fassent (nous, français), courber l’échine de honte face à notre délicieuse collaboration hâtive et zélée. Il y a, encore aujourd’hui, de nombreuses personnes prêtes à parler de complots/d’oligarchie de juifs, et ce n’est pas près de s’arrêter ! En effet, je pense que le conflit Israélo-Palestinien pose un vrai pavé dans la mare (parce qu’on adore tout mélanger…) :

Du coup, puisqu’on est en droit de s’insurger de ce que peut faire un pays à un autre peuple (à savoir les massacres et discriminations perpétués « OKLM » comme disent les jeunes), certains pensent qu’on peut y aller gaiement, et se remettre à rêver d’étoiles jaunes, et autres gazages en règle. C’est un peu le vieux dada de notre culture Chrétienne, je suppose…

Il y a donc un vrai antisémitisme en France qu’il faut combattre ; mais, et c’est là que je vais me faire des copains : « Les Juifs, au moins, sont défendus. »

Un film qui fait polémique, mais pas pour les bonnes raisons

Ce midi, je regardais le JT sur Canal+ (la chaîne des bobos de gauche, comme moi), et je vois un sujet consacré au film « Ils sont partout » d’Yvan Attal. Un film humoristique et satirique sur la question de l’antisémitisme en France. J’vais pas vous faire la fiche produit du film car toutes les rédactions vous proposent peu ou prou le même billet copié-collé, mais, en gros, Canal nous le vendait comme un film engagé contre la haine du juif en France. Ok. J’vous laisse avec la bande-annonce, et on revient à mon énervement.

C’est bon, c’est vu ? J’espère, car je vais m’appuyer dessus pour vous expliquer mon problème. En fait, ce film devrait faire polémique parce qu’il est hypocrite. Oui-oui, hypocrite !

Je le redis : il y a de l’antisémitisme en France, c’est clair. Mais il y a autre chose aussi. Dont personne ne parle. Enfin si, mais quand on le fait, on est « islamo-gauchiste ». Vous me voyez venir ?

Reprenons des éléments de la bande-annonce :

 

  1. Un homme dit à son thérapeute : « Ma femme me dit que j’suis obsédé […] par les juifs […] t’façon, on peut plus en parler. […] »
  2. Puis, un homme politique dit : « Nous sommes littéralement envahis, oui, les juifs sont partout ».
  3. [Passage humoristique je suppose sur les juifs en Chine ?]
  4. Puis, on en revient à notre homme politique (Joué par Benoît Poelvoorde), qui regarde son reflet, trace le contour de son nez, plus précisément de son arrête, avant de se dire « oh merde, je suis juif ». Juste après qu’une femme dans la BO demande « C’est quoi être juif ? ».
  5. « Ca se transmet ». […] « Ca se transmet ? Comme une maladie… »
  6. « Si on était juif, on s’rait pas ici. Les juifs, ils sont riches ! »
  7. [S’en suit encore une série de mini-sketchs sur la question de la richesse supposée]
  8. On arrive ensuite à la « grande question centrale qui obsède tout le monde depuis des siècles » : un protagoniste dit que les juifs sont pointés du doigt depuis qu’ils ont « tué le Christ ». [Note : L’athée que je suis ricane et se demande pourquoi les « romains » ont pu construire le Vatican, si on part dans des raisonnements aussi cons…]
  9. Et juste avant la fin, cela enchaîne par cette phrase : « Quoi qu’on ait fait, je suis juif, je suis désolé, je m’excuse, voilà ! Mea culpa ».

Vous êtes toujours là ? Ok, amusons-nous maintenant :

  • Le fameux « T’façon, on peut plus rien dire en France », ça ne vous rappelle rien ?
  • La théorie de l’envahissement, du « grand remplacement », de l’homme politique parlant de ces envahisseurs ; ça vous dit quelque chose ?
  • La discrimination faciale, l’association systématique entre une caractéristique physique et une culture… Voire une religion ; par exemple « musulmans d’apparence », ça vous parle ?
  • La question de la richesse d’une population aux détriments d’une autre ?
  • Le fait qu’une communauté doive s’excuser pour des actes commis par une poignée… ?

 

Heureusement qu’on a le droit d’haïr les barbus !

 

Remplaçons « juifs » par… Non, même pas musulmans : arabes, svp. Ou Basanés. Ou barbus. Peu importe, n’importe quel mot qui diffèrerait de notre « race blanche ». Remplaçons-le, et mettons-nous à parler de la même manière. Quoi ? Jamais en France on ne laisserait passer ça ? Voyons voir :

Hier, au Petit Journal, je voyais des extraits des « Rendez-vous de Béziers » qui se passent dans la ville citée, et proposés par son Maire, Robert Ménard :

(Désolée, impossible d’arriver à intégrer la vidéo, je trouverai un biais)

Pour les flemmards qui ne veulent pas voir ce passage, florilèges de propos vus dans la vidéo :

  • « Je crois par exemple que des musulmans profondément pieux et convaincus ne peuvent pas vivre en France et en Occident. S’ils vont jusqu’au bout de leur religion, ils ne peuvent pas vivre dans une terre qui n’a pas vocation à être une terre d’Islam. »
  • « L’Islam, tel qu’il est appliqué aujourd’hui, devrait être traité comme une secte, il a un comportement sectaire. »
  • « De même qu’on trouve des pommes sous les pommiers, les africains africanisent, et les musulmans islamisent. »
  • « L’Islam pose un problème. Cela pose même tellement un problème que je viens d’écrire un livre qui s’appelle « La guerre civile qui vient » et qui décrit précisément l’emprise de cet Islam politique… »
  • « A mon point de vue, c’est une guerre décoloniale, de décolonialisation. Je crois que la France est colonisée, et que, il y a deux modèles selon moi : il y a la résistance, et les combats de la décolonialisation. C’est de cela que nous devons nous inspirer pour libérer notre pays qui est colonisé.« 
  • « C’est bien une guerre civile qui vient et qui n’est pas encore là, car, naturellement les français n’ont pas encore pris les armes – mais ce sera une guerre civile quand les français auront pris les armes contre d’autres français. Et c’est autres français ne seront pas simplement des français islamistes, ce sont des français collaborateurs qui soutiennent les islamistes, c’est à dire : cette extrême-gauche et c’est à dire c’est cette complaisance de la gauche également qui ne veut pas voir ce danger-là. »
  • « Ca sera la guerre, j’dirais de civile, de première ou deuxième catégorie, ou troisième catégorie, peu importe. En tout cas, effectivement, la France sera confrontée à son pire péril depuis 1940, et même encore pire qu’avant ! »
  • « Ce que nous voulons est le retour à la civilisation telle que nous l’avons connue, et pour ça, il n’y a que la remigration qui ne peut l’assurer. […] la remigration a un allié inattendu qui est DAESH, l’état islamique, et le Djihad. Tous ces gens qui veulent partir faire le Djihad, voilà un magnifique exemple de remigration. Je crois que la remigration doit bien avoir lieu, sans quoi il n’y aura plus jamais de retour à l’indépendance et à l’identité de notre patrie et de notre civilisation. Car la question se pose pour l’ensemble de l’Europe. »

 

Et le public prend la parole :

 

  • « Les attentats du Battaclan c’était quand même pas des Berrichon, et des Audouin… Hein. Voilà. »
  • « Les Français sont pas aimés, ils sont aimés que quand ils donnent de l’argent. »
  • « Arrêt des régularisations, et des naturalisations. Immédiate. Relancer une politique démographique au profit des français – des vrais français – et non au profit des français d’papiers. »
  • « Par rapport au regroupement familial. Stoppons, stoppons le regroupement familial. »
  • « A la remigration il faudrait ajouter une solide politique nataliste. Mais, évidemment réservée aux blancs. »
  • « La question numéro 1 c’est : l’Islam. L’Islam est-il, oui, ou non, compatible avec la République Française ?! LA VOILA LA QUESTION ?! Et moi j’pense que non !! Toute personne qui se ballade avec une tenue prosélyte, il prend ses clics et ses claques, et il dégage du pays, avec sa famille, comme ça, ils seront pas traumatisés. « 

Parlaient-ils des juifs dans cette merveilleuse utilisation de la liberté d’expression ? Non. Vont-ils être condamnés ? J’en doute. Bizarrement, j’en doute…

Anti-racisme à deux vitesses

On en revient à mon propos du début : hier, je mate le Petit Journal, et je me frappe (encore ?) des propos racismes envers les Musulmans. Des propos qui me rappellent un peu trop mes cours d’Histoire. Je me sens super mal, parce qu’on arrête pas d’entendre ces propos depuis des années.

Racailles, voleurs, terroristes… On l’embarra du choix, depuis bien avant les attentats du 11 septembre, notre grande bête noire : c’est le maghrébin. D’ailleurs, on se souvient assez bien des marches des années 80 et des mouvements « Touche pas à mon pote » et autres « Black, Blanc, Beur ». Donc, ça ne date pas d’hier, mais la parole est libérée. La Droite est – de son propre aveu – « décomplexée, osée ».

Ainsi, je vois ces conneries proférées, qui me choquent et m’inquiètent, et aujourd’hui, je vois un film qui nous explique qu’en France on est antisémite… Qu’en France, on a ce problème et qu’on doit le combattre…

Aucun politique n’oserait aujourd’hui dire qu’il est envahi par les juifs. Qu’il est colonisé. Aucun. En revanche…

« Aujourd’hui le sentiment d’envahissement que ressentent les Français, ce n’est pas un sentiment, c’est une réalité », a déclaré Mme Morano sur RMC et BFMTV.

 

est le film qui dénonce ça ? sont les associations ? sont les condamnations ?

Reprenons la définition d’antisémitisme :

« Doctrine ou attitude systématique de ceux qui sont hostiles aux juifs et proposent contre eux des mesures discriminatoires. »

Vous vous souvenez de la politique nataliste pour ceux « de race blanche ». Vous vous souvenez du distinguo entre « vrais français » et « français de papiers »… ?

Quand est-ce qu’on gaze les musulmans ?

 

Alors, je le demande. Puisqu’il semble normal à tout le monde de proférer de tels propos aujourd’hui, puisqu’on ne parle de racisme que dans le cas des juifs, puisqu’il faut se méfier des barbus, qu’on devrait les fliquer, les noter sur une petite carte pour les trouver (façon étoile jaune numérique belge), eh bien je vous le demande : puisqu’un racisme n’en vaut pas un autre :

Quand est-ce que l’on réouvre nos camps français ? Quand Aix les Mille proposera à nouveau d’héberger des humains stigmatisés par de gros connards fascistes ?

Qui écrira « Mon combat » ? Qui fera un attentat, non pas à la brasserie, mais… Au Fouquet’s ? Au Bourget ? Qui proposera des « Jeunesses… [Insère ton nom de politique, et si t’as pas d’inspiration, cherche dans les jeunesses actuelles… ] » ?

Ce qui se passe en France est étrangement similaire à ce qui se passait hier en Allemagne.

Pardon. Ce qui se passe en Europe est étrangement similaire à ce qui se passait hier en Europe… On sait ça mène. On sait que la différence est une différence d’origine et de religion.

Ne faisons pas des musulmans et/ou des « arabes » nos nouveaux juifs. Et arrêtons de nous insurger pour les uns, et pas pour les autres.

Le racisme est condamnable. On ne transige pas avec. Il ne se choisit pas. Il n’a pas de hiérarchisation. Pour la simple est bonne raison que nous sommes en France. Et qu’en France, on a écrit un jour que :

Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen