La France est menacée par les terroristes, par les chômeurs qui aiment glander, par les étrangers qui nous volent notre travail, par l’Europe qui est source tous nos problèmes, par l’Islam parce qu’ils mangent pas de porc, par le FN parce que ce sont des fachos, par les écolos parce qu’ils militent pour la planète. La France est menacée que l’on vous dit ! Depuis dimanche, la République s’effondre, sous le poids de sa propre peur, et il nous faut réagir. Non au FN que l’on gueule de partout, oui à la Démocratie ! Votons LR ou PS pour contrer les nazillons 2.0 ! Tous aux urnes, fils de Marianne !

Bande d’imbéciles heureux…

Vous ne savez même pas pourquoi vous avez peur !

Vous flippez ? Toutes les chaînes de télévision vous disent de vous chier dans le froc, mais est-ce que vous savez au moins de quoi on parle ? Non, parce que dimanche, ce qu’il s’est passé est pareil ou presque aux dernières années. La France n’est pas plus Fnisée qu’avant. Au lieu de croire les images Facebook, renseignez-vous :

Au premier tour des élections régionales de 2015, le FN a rassemblé 27,96% des suffrages exprimés. Exprimés Messieurs-Dames les biberonnés à TF1 ! Et vous savez un peu les chiffres des votants ? Le taux d’abstention, selon le Ministère de l’Intérieur s’élève à 49,91% des inscrits. Ce qui nous fait 50,09% des inscrits qui ont voté. Et le FN fait 27,96% chez eux.

Ce qui veut dire… Parce que je vous sens bien longs à la détente, que le chiffre réel du score du FN sur l’ensemble de la population ayant le droit de vote est de… 14%

Bon, déjà, ça calme. Et si vous ne me croyez pas, allez faire un tour sur le site du Ministère de l’Intérieur, et faites un peu de Maths, ça vous changera de Buzzfeed.

La flamme de la Résistance ? Mes couilles.

Donc, dimanche, la grande fumisterie électorale a encore frappée. A 20h, les résultats tombent, et comme en 2002, partout en France s’élèvent des « oh » et des « ah » d’horreur. Comment cela a-t-il pu bien se produire ? Le FN gagne des parts de notre Démocratie, nous devons réagir !

J’entends, lis, vois ça en permanence depuis dimanche. Dès l’officialisation des résultats, mon téléphone a sonné. Le lendemain, rebelote, l’on s’étonne que je ne dise rien à propos de ces chiffres. C’est clair qu’avec ma langue bien pendue et mon côté « gaucho sur le retour », on pouvait s’attendre à ce que je m’étouffe avec mes Droits de l’Homme.

Non, même pas. Le FN, je m’en branle. Je m’en tamponne, vous m’entendez ?

Ah ! Vous avez peur parce que la grosse Marine est désignée comme cible ! Ah ! Vous faites des petits pets de trouille, parce que – soudainement – votre Démocratie semble en danger. En danger de quoi, au juste ? Vous craignez que l’on restreigne nos libertés ? Vous avez peur que l’on tombe dans un état policier ? Vous flippez à l’idée que les basanés, barbus, voilés, différents, soient stigmatisés… ?

Ah ouais ? Et vous avez dit quoi le 14 novembre au lendemain des attentats ?

Nous sommes en guerre, vive la guerre, vive la haine !

Il y a presque un mois, vous vous souvenez des 130 personnes qui sont mortes pour votre dictature ? Oui ? BIEN ! Et qu’est-ce que vous disiez déjà partout sur les réseaux sociaux, les podcasts, en repas de famille, ou au téléphone ?

« Oui, je suis prêt à renoncer à mes libertés pour plus de sécurité. » « Non, ça ne me gêne pas d’être surveillé, je n’ai rien à cacher. »

C’est bon, vous y êtes ? Ah, ça… Pour vous exciter après une journée branchée sur BFMTV, vous êtes supers forts ! Ça vous plaisait, hein, le discours martial, la posture militaire, l’odeur du cuir, et le chant des sirènes des perquisitions musclées ?!

Samedi, encore, vous n’en n’aviez rien à foutre. Samedi, encore, vous expliquiez que les militants qui ont manifesté contre la COP21 n’avaient eu « que ce qu’ils méritaient, puisque les manifestations sont interdites ! »

Et là, parce que c’est « FN », vous retrouvez soudainement un semblant de lucidité citoyenne, pensant que le danger vient d’un parti qui n’a d’extrême que son étiquette.

FN, ce parti que j’en viens à aimer

Ouais, carrément, je l’aime moi le FN. Parce qu’il est honnête, lui au moins. Il s’affiche clairement anti-République, anti-Démocratie, anti-Tout. Avec le FN, pas de surprise. On sait que les conneries vont pleuvoir, que la haine va régner. J’voterais presque FN si ça pouvait nous sauver du véritable danger qui nous guette.

Non, non, pas les barbus, j’m’en fou des barbus. J’vous parle des partis « Démocratiques ». Vous vous souvenez ? « Les Républicains » et « Le Parti Socialiste » ?

Ces mêmes partis qui nous offrent depuis des années des discours sur l’Identité Nationale, sur la « race blanche », sur la « France Catholique », sur la révision du droit du sol (coucou Sarkozy et Hollande !), sur la Loi sur le Renseignement (coucou la gauche !), sur l’état d’urgence (coucou Sarkozy et Hollande, ah, et M’sieur l’Président : GG, vous avez fait pire que Sarko !), sur les restrictions d’Internet (coucou encore la gauche), l’accroissement des inégalités sociales et économiques (coucou la gauche), la répression de la contestation (coucou la gauche)… Je continue ?

Et donc… Vous avez peur du FN vous me disiez ? Vous avez peur qu’il n’y ait plus de Démocratie ? Vous allez donc voter PS, ou LR, ceux-là même qui sont responsables de cette merde, ceux-là même qui tentent de faire un concours avec LePen pour glaner ses voies ?

Ah, oui, pardon. Faut faire « barrage au FN, c’est Pujadas qui le dit ! ».

Dystopie, vous allez vite comprendre ce terme.

strength_through_unity_by_wilde1980La Dystopie  est un genre littéraire. L’inverse de l’utopie, qui consiste à dépeindre une société idyllique. Vous connaissez sûrement « 1984 », ou encore « Le Meilleur des Mondes ». Vous connaissez sans doute au moins le film « V pour Vendetta », voire le comics. Etc.

Toutes ces histoires ont toujours la même construction. Un état totalitaire qui tyrannise une population (qu’elle soit consentante, ou non), et une personne, ou un groupe de personnes qui tente(nt) de le défaire.

A l’origine de cet état : Le Peuple. Oui, les enfants, toujours le Peuple. Ça commence par une guerre, ou un attentat. La peur enfle, le Peuple flippe, le Peuple vote ou laisse voter des lois sécuritaires. Le Peuple en redemande.

Puis, un jour, la Dictature est en place, et le Peuple a mal au cul. Très mal.

Ce schéma existe dans notre Histoire contemporaine. Demandez aux Allemands, aux Japonais, aux Russes, etc. Soyez francs cinq minutes, et souvenez-vous de vos cours à l’école. Lorsqu’on vous a parlé de la montée d’Hitler, vous aviez pensé quoi ?

« Pourquoi personne n’a rien fait ?! »

Eh ouais, bande de moules avariées. Pourquoi ? Pourquoi le Peuple Allemand n’a rien dit ? Pourquoi le Peuple Allemand a permis à Hitler et au National-Socialisme d’arriver DEMOCRATIQUEMENT au pouvoir ?

Notre dystopie est la suivante : FN et Daech sont deux diables contre lesquels on croit se battre, et contre lesquels on s’arme, et on arme notre propre asservissement.

Ne redoutez pas le FN.

Je le redis, le danger ne vient pas de Marine, ni de Marion, ni de Pierrette. Le loup est DEJA dans la bergerie. Il est tout proche de vous, vraiment proche.

Vous savez où il est ? Allez voir dans un miroir…

Eh oui, le loup, c’est vous ! Le danger n’est pas l’autre, mais vous-même. Parce que vous ne dites rien. Strictement rien. Quand il se passe des choses graves en France. Parce que vous laissez faire. Parce que vous répondez stupidement « oui », à la question du renoncement de vos libertés. Parce que vous ne voyez tout simplement pas que le programme du FN est en train d’être appliqué… Et que vous en redemandez.

5288223_infog-sondage
Source : Sondage Odoxa pour Le Parisien

Finalement, nous sommes en Démocratie

« Démocratie, par le Peuple, et pour le Peuple. »

Vous demandez de la sécurité, vous demandez de la protection, vous demandez du repli national. Vous les aurez. Vous êtes en train de les avoir. Ce n’est pas le FN qui tue la République. Ce n’est pas Daech qui tue les valeurs de la France.

Ce sont les Français.

Vous, moi, nous. Parce que nous faisons barrage au FN en mettant au pouvoir des gens qui font la politique du FN. Parce que nous renonçons à la Raison, parce que nous cédons à la peur. Parce qu’on est trop cons.

Et dans cinquante ou soixante ans, quand nos gamins feront cours, si jamais on sort de ce régime qui s’installe… Vous savez ce qu’ils diront nos gosses ?

« Pourquoi personne n’a rien fait ?! »

Et là vous direz quoi… ? Que c’était la faute de Daech ? Du FN ?

PS : Le 16 novembre 2015, après les attentats, je donnais déjà mon sentiment à chaud, en me demandant si je ne voyais pas le mal, là où il n’existait pas…

Publicités