On déplore, à tort, une jeunesse Française partant faire le Djihad. Et pourtant, c’est une bonne chose ! Ces jeunes, abandonnés pour la plupart par la République, exportent un savoir-faire Français. Le « Made in France » n’a jamais eu autant la côte en Orient que ces dernières années. Mais, outre une fierté toute chauvine face à cette réalité, j’y vois un autre avantage : nos petits tueurs en herbe exportent également notre mentalité !

Le syndicat d’Isis

Forts de leur culture Française, allaités au sein de Marianne, nos tireurs fous partent en guerre contre eux-mêmes, avec dans leurs bagages l’amour des croissants, et l’esprit de rébellion. C’est parce qu’ils cherchent un avenir plus reluisant, et de meilleures conditions de vie – d’après eux – qu’ils en viendront nécessairement à cette extrémité.

Une fois que le verni des publicités pro-décapitations aura craqué, une fois qu’ils se seront lassés de leurs femmes violées (car définitivement trop prise de tête), une fois qu’ils verront qu’en Syrie, tu peux toujours courir pour te faire un FIFA pépouse avec tes potes ; une fois tout cela, que restera-t-il ?

Du sable, du sang, et des larmes !

Coincés dans une communauté liberticide, la barbe en friche et la kalach’ pour seule console, nos nouveaux combattants malsains endureront des conditions de vie déplorables ! Semaine de plus de 50h, travail à la chaîne en fabrication de bombes artisanales, pas de ticket restaurant, aucune mutuelle, pas même une assurance en cas de balle perdue lors d’une manipulation de fusil maladroite, … Ces conditions de travail inhumaines finiront bien par révolter nos barbus de métropoles. Et que se passera-t-il à votre avis ? Qu’a-t-on appris à ces jeunes Français ? Quel est notre savoir-faire premier ? Outre l’administration, nous avons une autre force : les syndicats, oui Madame !

Imaginons maintenant un instant que, lassés d’être exploités et spoliés par un patronat tout puissant (a.k.a Allah), les tirailleurs décident de se regrouper sous la bannière du S.T.E.D. Le « Syndicat des Terroristes Exploités par Daech ». Commencerait alors une nouvelle ère en Syrie ! Les attentats devraient être proposés, puis validés lors de débats sociaux. L’on verrait donc un « calendrier des tueries de masse » s’établir. Quotas d’heures, accords de branche selon la spécialisation (exécutions en terrasses, kamikaze en retard au stade de France, etc.), pré-retraite selon la pénibilité… L’arrivée de Français dans l’équation pourrait bien engluer ces fanatiques dans un conflit plus violent encore que l’éternel CGT/MEDEF. Et si les choses se passent mal ? Pas de panique, la culture française a encore de la ressource !

Préavis de grève à Raqqa

Une autre particularité bien de chez nous est cette faculté à râler pour tout, et surtout à faire grève ! Les pays du monde entier se foutent de notre gueule à cause de ça, pensant que râler, boire du rouge, et faire l’amour sont nos seules activités. Dans la mesure où nos islamistes illettrés n’ont pas le droit de picoler, et où « faire l’amour » ne doit pas faire partie de leur vocabulaire, que leur reste-t-il ? Râler, oui, vous suivez ! Donc, à force de laisser nos gamins s’embourber là-bas, il devrait y avoir un bon vivier de contestataires. Une fois le S.T.E.D mis en place, il ne leur reste plus qu’à faire pression sur leur barbu en chef à coup de grève !

« Chef terroriste N°1 ne veut pas que nous ayons le droit au DIF « Grenades et autres trucs qui font BOOM » ? Pas d’problème, on se met en grève, et on refuse de faire péter la Tour Eiffel ! »

Et là, Daech, il fait quoi ? Il décapite ? Il fusille ses insurgés ? Bah non, même pas. S’il fait ça : BIM ! Journée de deuil, minute de silence et deux jours de manifestation dans le désert pour protester contre cette tentative d’étouffement de droit sacré ! Allah s’étant reposé au bout du 7ème jour, tu crois quand même pas que ses paladins en treillis feraient du 7/7, tout d’même ?! Eh bien dans l’désert, c’est pareil ! Décapiter, oui. Travail à la chaîne, non ! Et, enhardis par leurs victoires socialistes arrachées à la pointe d’un coupe-coupe de fortune, nos jeunes réclameront davantage !

Ainsi, Daech deviendrait enfin cet Etat qu’il rêve d’être, avec son opposition, ses conflits sociaux, ses grèves et sa jeunesse rebelle. Et qui sait ? Peut-être que nos jeunes en auront marre de ce manque d’avenir au milieu des dunes, de ce futur mortifère et immatériel… ?

Alors, peut-être qu’ils se radicaliseront, qu’ils passeraient les frontières en direction de la France pour aller faire ce que l’on murmure en Syrie avec effroi « la Démocratie ».  

Après un podcast, la veille, fort instructif, où beaucoup ont déliré sur la question, et une nouvelle discussion dans un bistro aujourd’hui dans les rues de Marseille, cet article est venu tout seul.