Pendant près de trois semaines, je n’ai pas eu accès au net. J’entends par là que ma connexion était limitée à mon accès au bureau et, de ce fait, forcément assujettie (je doute de l’orthographe de ce mot…) à un firewall.

Ainsi, j’ai dû faire l’impasse sur l’actualité. De nos jours, qui dit « plus d’internet » dit aussi plus de téléphone ni de télévision (ce n’est pas un mal entre nous soit dit) MAIS, du coup, je n’ai que peu suivis l’actualité et encore moins suivis la mosaïque de nos programmes.

Je parle plus précisément du zapping. Le zapping est l’une des émissions (je trouve) les plus importantes que l’on peut trouver aujourd’hui en matière de média et plus précisément (paradoxalement même) d’information. Le zapping offre à celui qui le visionne non pas un récapitulatif des informations de la veille mais un récapitulatif du traitement de l’information, du choix de l’information mise en lumière par les chaines et est un incroyable thermomètre de la société actuelle et plus spécifiquement de la France.

Lorsque j’ai (enfin ?) récupéré mon accès total, je me suis précipitée sur « Le petit Journal » et également le « Zapping ». Pour ce faire, je suis simplement allée sur Canal + . fr et j’ai tenté de regarder tous les récapitulatifs qui étaient encore en ligne (à savoir les «  »xx » de la semaine »). Ainsi, amusée par le Petit journal qui a le don de nous faire rire avec la politique, les politiques, et toutes autres anecdotes ou bien particularités de discours ; pour finir par les incohérences de la communication globale quel que soit le sujet.

Bref !

Lorsque je me suis penchée sur le zapping – qui, même s’il est monté de telle manière que les extraits s’enchaînent, est assez éloquent je trouve – je me suis prise la dernière semaine média dans la gueule.

Le zapping de la semaine du 21/11 débute par des images de foot et de sport étrange (foot version trash) d’un autre pays. On enchaîne rapidement sur l’image en provenance du journal de M6 où la journaliste explique « l’histoire du papy braqueur (76 ans) qui commet des braquages pour boucler ses fins de mois ». Petit zapp du côté du « plus grand cabaret du monde » puis du journal de France 2 où Djamel était l’invité. Deux petits zapp, deux sourires déclenchés par des choses légères. Puis, bruitage et hop, nous voici de nouveau dans le vif du sujet : JT nuit de France 2 « Les espagnols ont tranchés, pour sortir le pays du marasme économique, ils ont accordé leurs suffrages à la droite. » Et nous zappons encore en direction de Djamel.

Vous ne remarquez rien ? Rien qui se profile depuis maintenant quelques années ? Continuons donc de regarder si vous le voulez bien.

Trois zapp, trois images différentes et amusantes du comique français. Ca détend, ça endort pendant que la précédente information est rangée dans un coin de notre cerveau. Heureusement car, nouvelle image, nouveaux affrontements en Egypte. L’extrait du journal de France 3 titre « Egypte, vers une deuxième révolution ? ».  Pourquoi ces affrontements ? L’extrait se poursuit sur l’interview d’un habitant expliquant qu’ils souhaitent un « gouvernement civil » et plus particulièrement le départ des militaires en place au pouvoir depuis la chut de Moubarak. Un autre habitant explique : « Il n’y a eu aucun changement depuis février, cela fait neuf mois, les militaires avaient promis de partir au bout de six mois […] »
On zapp encore, Delahousse termine son journal de France 2 par une phrase que je trouve choquante : « A très vite pour de nouvelles aventures de l’actualité. » Nous y sommes, les JT sont les nouveaux rendez-vous du peuple pour les « aventures » du monde. Un nouveau talk-show excitant qui nous plonge dans la misère mondiale et, sous couvert du titre « journal d’informations », nous assure de la véracité des sujets. Ce ne sont plus des informations mais un « reality show » diffusé sur le paff, à heure de grande écoute, banalisant les nouvelles de la société comme une émission de variétés. C’est peut être moi, c’est peut être aussi vrai mon indignation, quoi qu’il en soit, je vous laisse juger de la suite de ces « aventures du 21ème siècle ».

Le zapping se penche sur le « JT de Canal + », nous montrant des étudiants américains militant en étant simplement assis se faire asperger à bout portant de gaz au poivre. Asperger, le mot est faible. Les jeunes sont assis, la tête penchée tandis qu’un policier en armure (WTF ?) les mitraille de son gaz orange vif droit sur le cou, droit sur la tête. La voix-off n’oublie certainement pas de préciser qu’il s’agit d’un produit hautement irritant pour la peau et les yeux. Pourquoi ce mouvement ? Les jeunes faisaient un SITTING pour protester contre certains agissements de WallStreet.
Ca zapp encore, cette fois-ci, image d’Arte, la journaliste explique : « Les lobbing des banques décident de passer à l’action en proposant de discréditer le mouvement des « indignés » et ceux qui leur apportent un soutien politique en échange de 850 mille dollards ».

Toujours rien ? Une manifestation pacifiste réprimée par un arrosage lacrymogène et nos « super-puissances-de-l’économie-mondiale » qui proposent de l’argent pour étouffer purement et simplem- non, mieux, qui propose de l’argent pour mettre au pilori, DISCREDITER, même, l’avis de la population. De l’argent pour faire TAIRE… De l’argent, pour condamner.

Zapp sur le « Juste prix », zapp sur « le tirage du loto » avec le commentaire du présentateur « le vrai challenge […] réussir à faire sourire votre banquier. » Amusante comme approche ? Non, je ne trouve pas. Zapp sur l’augmentation des retraits (et là, à moins que j’ai mal compris, il s’agit de l’augmentation de la procédure de retrait par les consommateurs). Qu’en déduire ? Les gens payent en PALPABLE. Pourquoi ? Selon-moi, c’est simplement qu’on ne peut plus se permettre de ne pas voir ce qu’on dépense, au risque d’en dépenser trop.  On pourrait se dire que c’est beau de voir que le consommateur prenne conscience de ce qu’il donne. Moi j’aurais tendance à dire que c’est très instructif, qu’après dix années (au moins) de sur-consommation, les gens ralentissent et comptent.

Changement de décor, on parle maintenant des pics de chaleur. Petite page « verte » pour annoncer que « si rien de ne change », les pics de chaleur, au lieu de se produire tous les 20 ans, se feront tous les deux ans vers la fin du siècle. -Zapp- « Chaque année, le RU exporte un million et demi de kilos de pomme de terres vers l’Allemagne, et nous importons un million et demi de kilos de pomme de terres d’Allemagne. » L’homme interviewé pose ici un paradoxe intéressant sur les politiques économiques (et aussi écologiques car ça consomme de transporter des marchandises) du gouvernement Anglais. Nous savons, bien entendu, que ce n’est pas un cas isolé.  -Zapp- Retour sur France 2 et cette constatation : les gazes à effet de serre ont encore augmentés. -Zapp- Interview datant de 72 d’un militant écologiste (le bob, les lunettes, la barbe, le jeune ; Bref, ceux qu’on n’a jamais écouté.) demandant grosso-merdo moins de voiture à Paris et la mise en place de vélos pour les usagers. Le journaliste demandera « mais qui va payer ces vélos ? » et le militant répondra comme évidence « le gouvernement ».

On zapp encore sur l’émission – que j’adore – « Ce soir (ou jamais) » diffusée en deuxième partie de soirée sur France 3. L’extrait est apparemment une rediffusion de l’émission du 9 février 2010. Là, une vérité vraie est énoncée : « La peur, la peur est une arme aujourd’hui. Et faire peur à une population, la mettre toujours en situation de toujours se dire « est-ce que je fais bien, est-ce que je fais mal » […] cette espèce de crainte permanente, et de la police, et de la justice, et de tout ce qui vous entoure, […] et c’est une façon de dominer l’opinion publique, de dominer une population. C’est une stratégie. »

Ca ne vous dit rien ? Mais si, souvenez-vous du docu-film de Michael Moore « Bowling for Columbine » datant de 2002. Souvenez-vous de ce moment où, pour expliquer (je synthétise) la violence aux USA, Moore fait un excellent parallèle entre les média diffusant la peur et l’accroissement de l’extrémisme, de possession d’armes et plus particulièrement de violences. La peur, explique Moore, avec justesse, fait vendre ! La peur fait marcher le système politique et économique. La peur, fait marcher le système mondial que nous connaissons. Le martèlement de message de peur, d’incitation à la haine de l’autre, de mise au banc de communautés dites « étrangères » par les médias américains ; est montré sous un jour peu glorieux et incroyablement lucide. Système média américain où l’on voit fleurir des émissions de « divertissement » montrant des flics en train d’arrêter (brutalement) des « Criminels, délinquants ». Que voyons-nous d’ailleurs ? Des noirs, des hispaniques. Des « putains d’immigrés qui nous prennent nos emploi et fraudent les aides de l’Etat ». L’Amérique, qui est LE pays par excellence où les habitants ne peuvent dire avec certitude leur origine (car c’est le pays tout entier qui est immigré… Seuls les mecs qu’ils ont massacrés lors de la colonisation peuvent dire qu’ils sont des américains PURE SOUCHE), est aussi LE pays où le racisme a été le plus incroyablement montré, toléré, et continue de l’être. Ce pays si différent de nous à la base… Ce pays dont, finalement, seul un océan nous sépare…

Retournons-en au « Zapping » pour comprendre cette énorme parenthèse de ma part.

TF1 titre, dans le 20h : « Page spéciale : Les chiffres de la délinquance ». Comme ce Zapping est bien fait ! On y voit des voitures de police et Laurence Ferrari marcher en faisant un dialogue des plus alarmant (pour l’état de notre peur, entendons-nous) : « Pour commencer cette page spéciale consacrée […] tout de suite ces chiffres que nous détaillons ce soir sur TF1, ces chiffres provenant d’une étude INDEPENDANTE (elle insiste, le français moyen la croit sur parole) qui est menée chaque année par l’INSEE (Indépendante ? Vous êtes sûrs ?) , on appelle ça une enquête de « victimation » (Le mot fait peur, mais le mot, je trouve, est incroyablement juste si on le comprend sous un autre sens, à savoir bel est bien celui-ci : « une enquête qui grossit le traumatisme des victimes ») […]
– Zapp- France 2 titre « Délinquance, la violence en baisse ». Le journaliste le dit : « La violence diminue globalement en France, mais les cambriolages augmentent. »
-Zapp- Retour sur TF1 avec leur émission VRAIE qui s’appuie sur une étude – rappelons-le pour les mauvaises langues – qui est INDEPENDANTE : « Le premier constat est que le sentiment d’insécurité ne baisse pas (Ah ? Et par quoi est motivé principalement un sentiment comme ça ? Par les informations ma chère Laurence…), QUINZE (elle hausse le ton)  pour cent des français et des françaises se sentent en insécurité lorsqu’ils sont chez eux, VINGT pour cent, lorsqu’ils sont dans la rue. »

Trouvez-vous cela alarmant ? Trouvez-vous cela digne des gros titres sur la délinquance ? Trouvez-vous que cela justifie que certains politiques nous expliquent par A plus B que l’inquiétude principale des français (de nous donc) est l’insécurité ? C’est vrai, et nous sommes entièrement d’accord, on a plus peur de se faire agresser dans la rue avec ces petit 20% que de boucler nos fins de mois… Que de perdre notre travail… Que de ne plus avoir de tickets resto pour faire nos courses ! Oui, car messieurs les politiques et journalistes, le français en est là, pas à se demander qui va nous voler. Evidemment que non ! Nous n’avons plus rien de valeur !

-Zapp- Autre sujet d’attaques dans les rues, le zapping nous emmène judicieusement et non sans humeur vers un reportage se passant à Marseille. La pègre ? Ces « immigrés qui nous volent » ? Non, non… Les étourneaux ! Oui, M6 titre « Les étourneaux : les ailes de la nuisance… » Quand on dit que les français ont peur des agressions ! Voilà que des écrivains ratés zé poètes (si si, reconnaissons-le) reconvertis en journalistes font un sujet sur… Les voitures criblées de fientes de piafs ! Ils interview même un mec qui dit ne plus oser sortir de chez lui ! Eh voilà… C’est gagné, les étourneaux aussi vont avoir droit à leurs avions pour « retour au pays ».  Voir peut être même aussi une loi sur le couvre-feu ? Non, mieux ! Une chasse ouverte, en plus, là, ce sont des animaux (presque comme les immigrés) le gouvernement peut dire sans complexe « Buttez-les ».

-Zapp- « La nouvelle édition » de Canal + titre « Une loi à chaque fait divers ? » Ben tiens, on en parlait pas juste avant ? Et nous voyons Guéant en train de parler d’une affaire sordide, le tout sur fond sonore glauque. On voit notre cher Brice, on voit un conseil des ministres. On voit tout et en même temps rien, et là… – Zapp – Retour à TF1 pour leur « chiffres atroces de la délinquance » avec une femme qui parle d’un vol qu’elle a subi chez elle. « Ils m’ont pris deux vélos dans mon sous-sol. […] L’insécurité ? (tiens, apparemment, elle répond à une question coupée au montage) Oui, quelque part, je trouve ça difficile de se barricader. »

– Zapp – Sur les « 12 coups de midi » où un homme chante (atrocement) « Show must go on ». Erreur de l’équipe du Zapping ou très jolie transition ? Simple à deviner car – Zapp – « Le juste prix » où l’animateur s’amuse à dire « Il est temps que cette roue miraculeuse vous aide enfin à sortir de cette crise. » Mais bordel… Même dans les émission débiles on en parle ! -Zapp- Barouin explique : « […] Pour le reste, nous avons notre triple A », le journaliste le coupe : « Et vous pensez qu’on va le garder ? » — « … Euh… On a notre triple A…On a notre triple A ! »

Et encore -Zapp- « La poste à ouvert le centre courrier du Père Noël, vous pouvez lui envoyer votre liste par courrier ou par internet. » Hmm… Petit papa  Noël, j’ai été sage, je voudrais bien un travail non précaire, un logement salubre et manger tous les jours (à l’heure où je vous écrits, je suis intérimaire et je me considère chanceuse d’avoir du travail pour deux mois, je n’ai plus d’eau chaude depuis le mois de juin et me lave donc à l’eau glaciale maintenant et  j’ai mangé pour la dernière fois hier midi, au travail, un sandwich « SNCF » car je ne peux me permettre de bosser le ventre vide.).

-Zapp- « En France, un élève de sixième sur cinq à des difficultés face à l’écrit » nous explique France 2 au journal de 20h. Cela vous étonne ? Pas moi, je travaille avec des gens qui ne savent ni faire la différence entre « é » et « -er » ni entre « ça » et « sa ». Les responsables eux-même de la boîte écrivent (et je ne plaisante pas) « esplicassion ». Voyez vous-même mon niveau où se glisse déjà bien trop de fautes d’inattention et d’orthographe, voyez que je suis reconnue dans le milieu professionnel comme écrivant extrêmement bien, et vous comprendrez le problème.

-Zapp- France 5, « C A VOUS », un mec dit « hommage de l’Elysée, qui a fait un communiqué avec pas moins de SIX fautes d’orthographe. » Eh bah ouais…

-Zapp divers- Passant en revue la télé-réalité de pire en pire (explication potentielle du QI de moule des français ?)

-Zapp- Non, ce n’est pas drôle. « Freedom to Tibet ». Le journaliste de Canal explique que prononcer ce mot « liberté » est un acte grave de rébellion. Ces nones tibétaines osent le dire filmés en caméra cachée (vive les téléphones portables) et l’image qui suit est celle (toujours filmée au téléphone) d’une none en train de s’immoler par le feu… « onzième immolation d’un moine ou d’une none » commente le journaliste.

-Zapp- On retrouve cette même dame qui avait parlé de la « tactique de peur » sur le plateau de « Ce soir (ou jamais) » (dame dont je ne connais pas le nom), qui répond à une question non-mentionnée par le zapping par : « C’est la révolution […] Ces indignés qui risquent leur vie, c’est pas eux qui pratiquent le terrorisme, ce sont les états. Ils posent des questions, ils demandent, ils veulent vivre autrement, et on leur répond par des coups de bâton. »

-Zapp- Sur « Mon incroyable anniversaire » où une machine à distribuer de (vrais) billets fait fureur. Diantre, ni alcool ni pute, non, non, l’argent !

-Zapp- Des coups de bâton disions-nous ? Le zapping s’oriente vers le JT de M6 qui traite des « coups de matraque des forces de l’ordre contre des manifestants anti-nucléaire venus bloquer un convoi ». Le Zapping fera à ce moment un petit passage humoristique vers « N’oubliez pas les paroles » où deux candidats chantent « C’est l’amour… »
Image d’Eva Jolie expliquant au micro d’RTL qu’elle n’oublies pas son objectif de « battre Nicolas Sarkozy car la France ne supporterait pas un deuxième mandat qui creuse les inégalités […] »

Ellipse de ma part pour me recentrer sur le but de mon article.

France 3, journal régional : « A présent ce fait divers plutôt sordide… » Quoi ? Un viol ? Une séquestration ? La délinquance des –  on ne le rappellera jamais assez – immigrés ? Non… : « Un éleveur à découvert une de ses bêtes dépecée, le ou les voleurs ont emporté la viande et ce n’est pas la première fois qu’un scénario de ce genre se produit dans la région. » Amusant non… Insolite ? Aller, ça prête à sourire vous ne trouvez pas ? Non ? Vous êtes bien lucides alors. Qu’est-ce que cela signifie selon-vous ? De la barbarie ? Qu’il faut appeler l’association Bardot pour la lutte contre les animaux ? Non, non, vous avez bien compris, et ça passe QUE sur un journal national : la délinquance s’oriente vers une délinquance de survie. Oui. De survie : on vole de la nourriture maintenant. La faute aux immigrés ? Vous y croyez ? Non, vous et moi imaginons bien des gens biiiiien blancs comme un cul, travaillant probablement plus de 35h par semaine, défoncer sa race à cette pauvre vache normande dans le seul but de pouvoir vivre. Voler pour vivre. Vous appelez ça un « fait divers » vous ? Sordide, oui ! Pas parce que c’est glauque qu’une vache se fasse dépecer, mais bien parce que c’est GRAVE que des gens s’improvisent bouchers pour avoir un minimum dans le ventre. Un « fait divers » c’est quoi ? Je vous invite à lire cettedéfinition de Wikipédia qui me semble bien instructive. Dedans, vous retrouverez cette phrase : « un type d’événements qui ne sont classables dans aucune des rubriques qui composent habituellement un média d’actualité. » Hmm… Vraiment ? Et catégorie « Crise » ? Non ? Hmmm catégorie « Baisse du pouvoir d’achat » ? Toujours pas ? Tiens, aller, catégorie « 90% de la population française dans la merde » ?

-Zapp- Retour en Egypte, les jeunes militants se montrent violents avec l’équipe de France 3 parce que, je cite « nous sommes journalistes et surtout étrangers ». Oh, ça choque ? Bah… Où est le mal, nous faisons bien ça nous ! Image suivante, une des journaliste explique qu’elle a subie des violences sexuelle. Pas de commentaire, c’est dit, comme ça, à froid, sans autre explication. Ca fait mal, ça choque (et à raison), ça glace. Interprêtation de la journaliste violée « C’est une façon d’intimider la presse ». Raté, c’est de la connerie humaine. De la barbarie sans nom. Et à quoi va servir ce reportage sur ces agressions en plein jour de journalistes femmes sur une place en Egypte ? La réponse n’a pas besoin d’être donnée. On va encore confondre la violence de l’Homme avec la violence d’un peuple.

Le zapping passe sur une émission pour rappeler qu’il y a la « journée de la jupe » destinée à militer contre les violences faites aux femmes. Il passe ensuite sur une émission où l’on retrouve la mère (profondément vulgaire et refaite) d’un candidat d’une télé-réalité, en train d’expliquer que la femme, si elle ne fait ni le repas etc à son homme, elle ne sert à rien. Une femme, au 21 ème siècle qui le dit. « A quoi sert une femme alors ? » demande-t-elle d’un air scandalisé avec une bouche de pute à deux balles… Mais à rien Madame, vous avez entièrement raison, on suce et on avale.

-Zapp- « Au Qatar, l’homosexualité est illégale » dit le journaliste avant de montrer le reportage d’un journaliste du pays, en direct, qui ne voit pas deux hommes s’embrasser avec passion. Merci le direct ! Merci les mecs (et Bravo !) ! Petite bouffée d’oxygène avant de reprendre ce zapping qui, décidément, commence à me donner la nausée.

Retour du zapping sur  le plateau de l’émission avec la mère et son fils, les deux comics de la télé-réalité. Le mec dit fièrement, comme s’il était un philosophe : « je l’ai toujours dit, lors d’un rapport, l’homme sort toujours gagnant, il n’est pas salit, il peut aller où il veut ; LA FEMME est salie pendant un rapport. »

Le zapping enchaîne sur « Motus », la candidate gagne en épelant : « Affolant ». Mo-Mo-Motus !

-Zapp- « Retro » de BFM TV, 2005, Nicolas Sarkozy explique aux journalistes qu’il est favorable au vote des immigrés aux élections locales.

Je m’arrête ici pour ce zapping de la semaine et passe directement à celui du 29/11, vous comprendrez pourquoi.

TF1, le 20h. Nicolas Sarkozy fait un discours aux agriculteurs : « Pour préserver le modèle social comme le nôtre, il faut faire des économies, réduire ne dépenses, et travailler d’avantage […]. » Le zapping enchaîne sur un extrait des guignols. Extrait judicieusement choisi et au bon moment. « Françaises, français, votre enfant ne peut pas manger à la cantine, car vous êtes au chômage. Vous payez vos courses avec des tickets restaurant, car vous êtes à découvert le 5 du mois. Vous n’avez plus de chauffage, parce qu’on vous a coupé l’électricité. Vous allez accoucher dans la rue, car on vous a expulsé de votre logement. Eh bien, tous ces bons moments, toute cette opulence, tout ce bonheur, c’est terminé. »

-Zapp- Laurence Pariso est interviwée par Bourdin sur BFM : « Vous voulez plus de travail précaire ? » Elle répondra à cela « Pas de travail précaire, mais plus de contrats à durée déterminée, des jobs intérimaires, heu… Vous savez tout ce qui permet de commencer à rentrer sur le marché du travail.  » Salope… J’ai pas d’autres mots.

Le zapping arrive alors au petit journal pour montrer la différence de courbe du chômage sur Fr2 et sur TF1. Tiens, sur la 2, elle monte grandement, sur TF1, elle reste stable ! Le petit journal, dans la version complète, démontrera avec justesse qu’une échelle change totalement un graphique. TF1 qui minimise le chômage et maximise la délinquance ? Etonnant ? Non. Mensonge ? Oui… Est-ce un mal ? Non, plus maintenant, la France est décomplexée :

J’enchaine donc en libre des moments du zapping pour expliquer ma dernière phrase :

« Même les morts n’échappent pas à la crise ! […] De plus en plus de pierres tombales se voient apposer un avis d’expulsion en cas de non-paiement. » // « 59€ de gagné à un jeu télévisé » La jeune femme, sautera partout de joie… // « Claude Guéant ne craint pas le mélange des genres, ministre de l’Intérieur, il évoque la politique sociale et c’est dans une préfecture qu’il annonce une nouveauté, justifiée selon-lui, par des abus : Trop d’étrangers, même en situation régulière, affirme-t-il, bénéficient de prestations injustifiées. » // 29 novembre 2011 Guéant encore au micro d’RTL (radio d’état) : « Nous souhaitons réduire le nombre d’immigrés, pourquoi ? Parce que nous souhaitons, je souhaite, que la France reste un pays unitaire. » // LCI, une anglaise, filmée par un portable dans un métro : « Qu’est devenu ce pays ? Il n’y a plus que des tas de noirs et des putains de polonais ! » le journaliste commente : « le racisme vomis en plein transport publique. » Elle continue, toujours traduite en bas : « T’es pas anglais, toi. Toi non plus t’es pas anglais ! Personne n’est un putain d’Anglais ici ! Ma grande-Bretagne est foutue ! » // Image du dernier tract de l’UMP dans le journal, on peut lire sur le tract : « Pour voter, il faut être français, non au vote des étrangers. » Avec en image dessus, une petite urne marquée « PS ». Le journaliste poursuit tout en semblant choqué : « Celui de la droite populaire, qui appartient à l’UMP, reprend les arguments du Front National. » // Stephane Guillon déclarera dans « Ce soir (ou jamais) » : « Les propos de ce gouvernement sont choquants, en permanence ». Luc Besson ajoutera avec justesse : « J’aimerais qu’on soit honnête juste deux minutes […] au milieux, il y a un pactole qui s’appelle le Front National et il y a des voix à aller chercher. » //

J’avais récupéré le net, j’avais rattrapé beaucoup de mon retard, j’étais écoeurée par la montée de la peur, de l’extrémisme, des propos décomplexés, le tout, à la veille d’une élection présidentielle. Préparant un terrain bien simple : Sarkozy vs Le Penn au deuxième tour.
Et vous savez ce qu’il se passera, pour éviter les « nazis » au pouvoir, « on » votera Sarkozy. Et vous savez pourquoi c’est grave ?

Lorsque le Petit journal a interviewé le ministre des transports (il me semble) sur la différence entre le FN et l’UMP. Celui-ci a répondu approximativement : « Le FN dit, nous, on agit ! »

Je n’ai malheureusement pas pu retrouver cet extrait vu que le PJ en ligne ne remonte pas aussi loin. A vous de me croire (ou non) à ce sujet.

Mais le mot de la fin est simple pour moi. Devons-nous blâmer les immigrés comme le gouvernement le souhaite ? Devons-nous blâmer le gouvernement comme certains politiques le souhaitent ? Ou devons-nous tout simplement avoir honte d’avoir voté (pour beaucoup) pour ce gouvernement ? D’avoir cautionné cette monté en puissance de cet ersatz de partis « National-Socialiste » ? Allons-nous continuer de ne rien dire et ne rien faire, de nous laisser crever par plus de travail, plus de chômage, plus de haine, et toujours de moins en moins de dialogue, d’esprit, de lucidité ?

Je sais pertinemment que le ou la personne qui aura eu le courage d’aller jusqu’au bout de mon article n’est pas concerné par ceci :

Coupez TF1, éteignez la télé, lisez un livre de plus de cent pages et sans aucune image. Ne croyez pas ce qu’on vous raconte, ne faites pas le jeu du faschisme ambiant que connait notre monde. Révoltez-vous contre les nouvelles lois réductrices de vie privée. Lisez « 1984 » de George Orwell et « Le meilleur des mondes » de Huxley.  Votez NUL et PAS blanc aux prochaines élections. OUI ! Votez, pour faire votre DEVOIR de citoyen sans cautionner la politique véreuse de cette France malade. Cessez de vous plaindre de votre petit(e) ami(e) ou de vos parents (pour certains) ou de votre patron, ou de votre voisin. Plaignez-vous de la mort programmée de la démocratie, de la liberté d’expression, de l’égalité, de la politique sociale, de la transformation de la France en USE (United Stats of Europe).

Je vous en prie, ne faites pas que cette terriblement magnifique phrase de Star Wars Ep III (on note les références…) ne soit vraie un jour :

« Et c’est ainsi que s’achève la liberté, sous une pluie d’applaudissements. »